Quand Robert Dilts nous donne les clés du leadership

Robert Dilts

En Octobre 2013, j’ai eu le plaisir d’assister à la conférence de Robert Dilts sur le leadership organisée par l’ICF. Robert Dilts est un auteur, formateur et consultant américain travaillant dans le domaine de la Programmation Neuro-Linguistique -PNL depuis sa création en 1975 par John Grinder et Richard Bandler.

 

Pour célébrer le 100ème post’ que j’écris sur ce blog, je partage avec vous de précieux enseignements de cette journée.

Le leader est celui qui va en premier, qui agit et décide pour avancer dans une direction. Le comportement d’un leader est en accord avec Gandhi lorsqu’il dit

“Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde.”

Être un leader c’est faire le pas et prendre le risque d’ouvrir la marche sans connaître précisément la destination finale. Dans de nombreuses entreprises et situations de la vie, les leaders ne savent pas exactement à quoi ressemblera le résultat final surtout en période de crise. Il perçoivent la direction mais ne connaissent pas la destination finale.

QUELLES SONT LES COMPOSANTES DU LEADERSHIP ?

Le leadership se résume en quelques compétences simples. Le leader sait :

  • Exprimer une vision
  • Inspirer les autres pour atteindre les résultats
  • Encourager la coopération d’équipe
  • Être l’exemple

Exprimer une vision

La vision n’est pas une image claire de la destination. C’est un peu comme lorsque l’on regarde au bout d’une route, on ne voit pas les détails mais on peut avoir quelques repères et l’on sait que l’on va dans ce sens. En 1980 Steve Job ne disait pas « En 2000 je vais créer l’Ipod, l’Ipad… » mais il avait une vision sur comment il allait modifier le lien entre la technologie et la personne. Walt Disney lors d’une interview après Blanche Neige, son premier succès se vit demander par le journaliste « Et maintenant ? » et sa réponse fut « Et bien on a quelques projets de films. » ! Il n’a pas dit « Dans 10 ans la télévision aura été inventée et je pourrai donc lancer une chaîne de télé… ». Il a dit « Ce que je vois est trop loin pour être décrit mais je peux dire que c’est grand et que ça brille ! ». Ces éléments de réponse étaient d’ailleurs essentiellement émotionnels. En effet, la vision n’est pas un descriptif littéral d’une image, c’est un repère qui active la dimension émotionnelle et génère de l’énergie.

Inspirer les autres

Amener le groupe à partager un but, une vision commune. Le leader donne de l’énergie aux autres et leur donne de l’inspiration.

Encourager la collaboration d’équipe

Encourager la collaboration et l’intelligence collective. Le mouvement de l’intelligence collective souligne que l’équation est 1+1 =3. Cela signifie qu’à travers l’interaction une possibilité se créé qui n’est ni mon idée ni celle de l’autre.

Être soi-même l’exemple

Le plus important ne se situe pas dans la technique, ou dans la méthodologie et la relation mais dans la qualité d’être en tant que leader.

Nous avons différentes parties à l’intérieur de nous, en PNL on les connait sous les noms de rêveur intérieur,  réaliste intérieur, critique intérieur et ces différentes parties discutent et décident.  Il est important de ne pas se laisser étouffer par les dialogues internes et de développer le leadership de soi. Celui qui permet de vivre sa propre vie. de se libérer des dogmes de ne pas laisser le brouhaha intérieur étouffer le raisonnement intérieur. Le leadership c’est d’abord écouter sa voix intérieure et surtout suivre son cœur et son intuition, pas son esprit rationnel. Milton Erickson, psychiatre psychologue américain qui a joué un rôle fondamental dans le domaine de l’hypnose, a ainsi amené ses clients à se connecter à leur inconscient créatif et non à leur esprit logique. Lui-même suivait son intuition dans son processus thérapeutique il agissait selon la personne donnée et l’instant donné.

TOUT PART DE NOTRE ÉTAT INTÉRIEUR

Si nous ne sommes pas présent, nous ne pouvons avoir une réponse efficace dans le présent. Timothy Gallwey dans « The inner game of tennis » se rendit compte à un moment de sa carrière que, malgré ses efforts et son entrainement intensif, son niveau au tennis ne s’améliorait pas. Ce constat a coïncidé avec ses débuts en méditation et son niveau de jeu a progressé de façon considérable. Il a alors élaboré l’idée que chaque jeu que nous jouons est composé d’un jeu intérieur et d’un jeu intérieur (à l’intérieur de nous). Le jeu intérieur nous permet de surmonter les obstacles comme les croyances limitantes. Développer la conscience de son jeu intérieur est fondamental car les obstacles internes influencent le jeu externe. Ainsi lorsque nous faisons l’expérience de :

  • Un obstacle externe et un obstacle interne : le problème est insoluble
  • Un obstacle externe et une ressource interne : nous sommes face à un défi que nous pouvons relever
  • Une ressource externe et un obstacle interne : nous faisons l’expérience de la frustration car il y a du potentiel mais nous ne pouvons y accéder
  • Une ressource interne et une ressource externe : nous faisons l’expérience d’un moment magique

Gérer son état interne permet d’accéder au maximum à ses ressources internes. Avoir du courage, être connecté à quelque chose de plus grand que son propre égo, que ses propres peurs. Cela ne nécessite pas de la technique mais de l’expérience. Cela nécessite notamment d’avoir les ressources pour ouvrir un champ qui soit utile (ne pas générer un environnement de panique, par exemple, mais se concentrer sur l’action nécessaire pour sortir d’une situation de crise) et de développer une autorité humble et l’excellence sans effort. Nous faisons l’expérience de cet état, par exemple, en entrant dans ‘la zone’ ce moment durant lequel en pratiquant un sport comme la course à pied nous nous sentons en contact avec notre zone d’excellence.

LE LEADER EST CONNECTE A SON « ÉTAT COACH »

Face à ce constat, Robert et Deborah Dilts ont développé un exercice permettant de se connecter à cet état proche de ‘la zone’. Cet état, appelé état COACH, correspond à être à la fois :

  • Centré
  • Ouvert
  • Accompagnant en conscience (Alerte)
  • Connecté (à l’intérieur de soi-même et à quelque chose de plus grand que soi)
  • Hospitalité (créer un espace, une attitude hospitalière, être prêt à accueillir ce qui va se passer)

Il est l’opposé de l’état dit CRASH :

  • Contraction
  • Réaction
  • Analyse paralysante (rumination)
  • Séparation
  • Haineux (blessant)

L’objectif est d’aller d’un état CRASH à COACH. Cela passe par ouvrir le canal pour trouver notre zone d’excellence intérieure pour se connecter avec le meilleur de soi-même, en accordant son propre système nerveux.

Je vous propose maintenant de faire un exercice que Robert et Deborah Dilts ont conçu pour prendre la mesure de cet état COACH ! Levez-vous, tenez-vous droit et fermez les yeux. Prenez conscience de l’espace, du canal situé au niveau de votre colonne vertébrale. Trouvez votre axe vertical : la colonne et étirée, sans être rigide.  Concentrez-vous sur votre respiration.

  • Amenez votre attention sur votre centre intérieur. Il se situe physiquement au centre de votre corps, dans le ventre, légèrement sous le nombril. Placez votre main sur le ventre si cela vous permet un meilleur centrage, profitez-en pour faire un ancrage de cet état. Dites-vous avec vos propres mots, « je suis centré ».
  • Soyez maintenant ouvert, remontez votre attention vers la poitrine, l’ouverture du thorax. prononcez les mots « Je suis ouvert » en vous concentrant sur votre poitrine.
  • Et laissez le champ se propager dans les épaules, la tête et tous les sens. et prononcez les mots « Je suis alerte ».
  • Puis connectez-vous à la tête, au cœur, au centre puis aux pieds, alignez-vous. Connectez*vous à quelque chose de plus grand, la Terre sous vos pieds, le Ciel et l’Univers au-dessus de vous, votre direction. Amenez les mots « je suis connecté ».
  • Puis ressentez l’espace dans lequel vous pouvez porter le meilleur de vous-même. Rappelez-vous des expériences durant lesquelles vous avez donné le meilleur de vous durant lesquelles vous vous êtes senti dans votre zone d’excellence.
  • Ouvrez les yeux et restez connecté à ces qualités, les yeux ouverts, dites « Je suis présent ».

Cette pratique permet d’ouvrir le canal, d’être dans l’état COACH, d’accéder aux qualités de leadership. Robert Dilts nous invite à faire l’expérience de cet exercice régulièrement, il en deviendra de plus en plus facile. C’est un premier pas pour accéder aux qualités d’un leader, pour se connecter à sa force vitale et à la sentir chez les personnes avec lesquelles nous sommes en interaction. Il nous invite à nous entrainer à parler depuis cette zone d’excellence, avec notre canal ouvert.

J’ai trouvé ce dernier exercice très puissant et l’ai personnellement intégré à ma pratique de Coach. Si vous souhaitez continuer dans cette direction, je vous invite également à faire l’expérience d’un autre exercice de PNL – Programmation Neuro Linguistique : Voyagez dans le temps et développez votre leadership !

——

Vous voulez développer votre leadership ? Je vous accompagne…
Caroline Carlicchi – Coach Certifié – 06 95 19 95 32 (Versailles – France)

Abonnez-vous à la Newsletter de Coaching Go !

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Je viens de faire l’expérience des étapes de l’état COACH, et je reconnais bien volontiers que cela marche ! Une expérience à refaire chaque jour.
    Didier

    • Caroline dit :

      Génial ! Merci Didier pour le feedback. Je le pratique avant chaque rendez-vous de coaching et ça fait une vrai différence sur ma disponibilité et mon efficacité.
      A bientôt !

  2. RATRIMOSOA EUGENE Radomalala dit :

    Et pour réussir généralement et surtout financièrement dans son activité professionnel,il faut bien faire l’étude du marché

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *