A la découverte de vos options de communication

Vous arrive-t-il de vous sentir coincé dans une relation de communication avec une personne ? De ne pas vous sentir compris ?

C’est une sensation partagée par beaucoup. Et pourtant, nous n’utilisons qu’une infime partie de toutes les options de communication qui s’offrent à nous.

Je vais dans ce post m’appuyer sur le concept de Transactions, un des fondamentaux de l’Analyse Transactionnelle, pour vous faire découvrir les nombreuses autres options de communication que vous pouvez utiliser pour améliorer votre relation aux autres et votre leadership. Je vous invite à lire auparavant mon post sur les états du moi afin de vous familiariser avec ce concept de “Parent – Adulte – Enfant”.

Qu’est-ce qu’ une transaction ?

Lorsqu’une personne adresse un signe de reconnaissance à une autre et que l’autre y répond, c’est une transaction.

Dans « Des jeux et des hommes » Eric Berne définit les transactions comme une unité de rapport social « Si deux personnes ou davantage se rencontrent, tôt ou tard, l’une d’elle parlera ou manifestera par quelque autre signe qu’elle reconnaît la présence d’autrui. On nomme ce phénomène un stimulus transactionnel. Une autre personne, à ce moment, dira ou fera quelque chose qui se relie de façon quelconque à ce stimulus, et qui a pour nom réponse transactionnelle » . Au cours d’une communication, cette réaction transactionnelle peut devenir à son tour un stimulus.

Dans « Que dites-vous après avoir dit bonjour » il précise qu’une transaction consiste en un seul stimulus et une seule réponse, verbaux ou non verbaux et que cela s’appelle transaction car chaque partie prenante en tire quelque chose ; c’est pourquoi elles s’y engagent.

Dans les transactions le langage verbal et le non verbal sont pris en compte. Les mots, les gestes, les mimiques, les postures, le ton de la voix,… sont tous des éléments d’une transaction.

Au cours de transactions entre deux personnes il peut y avoir 6 états du moi en action (les 3 de chaque personne). Berne a calculé dans « Que dites-vous après avoir dit bonjour » que nous avons le choix parmi 6597 variétés de transactions pour communiquer. Néanmoins seulement une quinzaine de transactions ont lieu couramment. Il nous invite donc à varier les options et à se donner d’autres possibilités de communication pour exprimer notre individualité.

 

Les différents types de transactions

Les transactions se classent en 3 catégories : complémentaires, croisées et cachées (à double fond).

Transactions complémentaires

Les transactions complémentaires sont des transactions entre états du moi équivalents (Parent-Parent, Adulte-Adulte, Enfant-Enfant) mais aussi entre les autres états du moi dès le moment où l’état du moi appelé par le Stimulus Transactionnel est celui qui répond. Selon Berne, les transactions sont complémentaires si la réponse est appropriée et attendue et suit l’ordre naturel d’une relation saine (« Des jeux et des hommes »).

Dans ce cas les canaux de communication sont ouverts, la communication se déroule de façon souple et peut théoriquement se prolonger indéfiniment.

Elles sont généralement des transactions superficielles de travail ou de vie sociale, prévisibles, et peuvent être facilement interrompues par une transaction croisée.

Elles sont au nombre de 9 et peuvent être par exemple :

Transactions parallèles

« Quel est le Chiffre d’Affaires de votre entreprise ? » « 100 Millions d’€. »  A-A pour le stimulus et la réponse

« Ah non vraiment c’est jeunes n’ont plus de respect. » « Quand je pense à comment se passaient les choses avant… »  P-P pour le stimulus et la réponse

« Je suis sûr que tu n’y arriveras pas eh eh ! » « C’est ce qu’on va voir !!! »  E-E pour le stimulus et la réponse

Transactions obliques

« Vous ne m’avez pas écouté ! Je vous avais dit de passer par l’autre côté ! » « Oui mais je me suis perdu.»  P-E pour le stimulus et E-P pour la réponse

« Je n’arrive pas à travailler, je suis soucieux pour ma fille… » « Ce n’est pas grave, vas la voir… »   E-P pour le stimulus et P-E pour la réponse

Transactions croisées

La communication s’interrompt avec une transaction croisée. Une transaction est croisée quand une réponse non attendue est donnée au stimulus transactionnel.

Selon Muriel James et Dorothy Jongerward dans « Naitre gagnant » « un état du moi inapproprié est activé et les lignes de transactions entre les personnes sont croisées. A ce moment les gens ont tendance à se retirer, se détourner l’un de l’autre ou changer de sujet.».

Quand une transaction est croisée, il est probable que la personne destinataire de celle-ci adopte l’état du moi sollicité et commence ainsi une nouvelle transaction parallèle à partir de ce dernier état du moi.

Le changement d’état du moi d’au moins un interlocuteur est une condition nécessaire à la reprise de la communication.

Le croisement de transactions P-E ou E-P donne l’impression aux interlocuteurs d’incompréhension, de ne pas être pris en compte… Les transactions croisées donnent envie d’arrêter les échanges avec la personne.

C’est une source fréquente de conflits, malentendus voire de souffrance dans les relations qu’elles soient personnelles, étudiantes, amicales, professionnelles…

Les transactions croisées sont au nombre de 72 et peuvent être par exemple :

« Sais-tu où se trouve le dossier y ? » « Tu crois que je te l’ai perdu,… j’en ai marre, tu ne me fais jamais confiance… »  A-A pour le stimulus et E-P pour la réponse.

« Sais-tu où se trouve le dossier y ? » « Oh tu n’as qu’à mieux ranger tes dossiers à la fin… »  A-A pour le stimulus et P-E pour la réponse.

« Je me sens tellement triste. » « Et moi comment tu penses que je me sens ! »  E-P pour le stimulus et E-P pour la réponse.

Le croisement de transactions A-A permet de revenir à un mode de communication factuel.

« Je ne comprends pas comment tu ils peuvent dire une chose pareille, mon pauvre ! » « J’ai juste une heure pour  travailler sur ce sujet avec toi, on commence ? »  P-E pour le stimulus et A-A pour la réponse.

Transactions cachées (à double fond)

Les transactions cachées sont celles qui impliquent l’activité de plus de deux états du moi dans une transaction. Elles sont les plus complexes. Berne souligne dans « Des Jeux et des Hommes » qu’elles constituent les fondations des jeux psychologiques. Le message caché est « emballé » dans une transaction socialement acceptable.

Elles sont par exemple :

Des transactions angulaires (au nombre de 36)

Les transactions angulaires présentent un message social A-A qui couvre un message psychologique A-E ou A-P. L’ Adulte espère que la réponse va venir depuis le Parent ou l’Enfant de son interlocuteur.

Niveau social A-A « Ça serait vraiment un plus sur ton CV, mais tu ne peux pas y arriver…. » « Et pourtant je vais le faire ! »

Niveau psychologique A-E

Dans ces transactions le stimulus est Adulte – Adulte mais elle est conçue de sorte à appeler un autre état du moi (le Parent ou l’ Enfant).

Mais aussi des transactions doubles (au nombre de 6480)

Les transactions doubles présentent un message social A-A qui couvre un message psychologique P-E ou E-P et plus rarement P-P ou E-E.

Niveau social A-A « Si je comprends vous dites que vous n’avez pas de solution à mon problème ? » « Oui je vous ai déjà donné tous les éléments. »

Niveau psychologique E-P « Tu ne t’en tireras pas comme ça ! » P-E « Pour qui il se prend celui-là !!! »

Niveau social A-A : Un consultant junior donne à son chef de projet une présentation pleine de fautes.

Niveau psychologique E-P : Invitation à se faire rabaisser

Niveau social A-A « Veux-tu venir boire un verre ? » « Avec plaisir, je suis justement disponible ! »

Niveau psychologique E-E (séduction)

Muriel James et Dorothy Jongeward identifient dans « Naitre gagnant » des « transactions du pendu » qui permettent la promotion d’un jeu psychologique, comme par exemple :

  • Un collègue qui sourit de voir sa collègue harcelée par son supérieur
  • Un professeur s’amusant du comportement stupide d’un élève
  • Une mère qui rit de son enfant de 3 ans qui chute et se fait mal si fréquemment
  • Un père qui communique fièrement sur les prises de risques inconsidéré de son fils…

Berne précise également que « le comportement qui résulte d’une transaction cachée est déterminé au niveau psychologique et non au niveau social. ». Les actions sont donc toujours le résultat des messages cachés. Il est donc important d’être vigilant sur les interactions au niveau psychologique. Pour cela il faut être conscient du non verbal qui accompagne la transaction de niveau social. Quelles sont les mimiques, quels est le ton de la voix, quelles postures, gestes ?…

Les options

Aucune espèce de transaction n’est « bonne » ou « mauvaise » en soi. En fait, la palette des transactions présente des options auxquelles les individus peuvent recourir selon qu’ils souhaitent avoir une communication harmonieuse avec quelqu’un, mettre fin à des échanges inintéressants, rétablir des échanges fluides et agréables…

Stephen Karpman dans son article « Options » met en évidence ces possibilités offertes par le large choix de transactions afin de sortir des habituels échanges désagréables, « bloqués » avec les autres. Il écrit « l’objectif est de modifier ce qui se passe et de vous libérer de n’importe quelle manière possible. Pour ce faire vous devez sortir l’autre personne de cet état du moi, ou en sortir vous-même, ou en sortir toutes les deux. ».

Quatre conditions sont alors à remplir pour que cela fonctionne :

  • L’un des deux ou les deux états du moi doivent effectivement changer
  • La transaction doit être croisée
  • Le sujet de conversation doit changer
  • Le précédent sujet doit être abandonné

Ce n’est pas jouer un rôle ou faire semblant mais bien décider par l’Adulte de changer d’attitude (d’état du moi) envers son interlocuteur.

Il donne un exemple d’échanges d’une personne avec une autre systématiquement bloqués en E-P lui donnant l’impression qu’il ne pourrait jamais s’en sortir. Chaque fois ses expressions venaient de l’Enfant sous forme de complaintes et chaque fois son interlocuteur répondait sur un mode de Parent Contrôlant.

Stimulus depuis le Parent Contrôlant : « Tu es mauvais ». Réponse depuis l’Enfant Adapté : « Je ne le suis pas »

Cette situation s’est débloquée par la prise de conscience qu’une transaction croisée était nécessaire. Il pouvait ainsi dire depuis son :

  • Parent: Arrêtes tout de suite !
  • Adulte : On peut en parler ?
  • Enfant : Va te faire voir !

Steven Karpman souligne également la nécessité de se donner les permissions suivantes :

  • C’est OK de demander des transactions directes
  • C’est OK de vous protéger
  • C’est OK de vous exprimer
  • C’est OK d’apprendre les options
  • C’est OK d’utiliser les options
  • C’est OK de voir que les autres utilisent les options
  • C’est OK de voir les états du moi correctement chez les autres
  • C’est OK d’utiliser tous vos états du moi

——

Vous voulez améliorer votre communication et développer votre leadership avec les transactions ? Je vous accompagne…

Caroline Carlicchi – Coach Certifié – 06 95 19 95 32 (Versailles – France)

  1. :smile: C’est l’AT et ces transactions aident dans beaucoup de situation notamment conflictuelle.

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>